En quelques mots

CERCHIO CHI SONO

C’était en 1961: le premier homme dans l’espace, la construction du mur de Berlin, la naissance de célébrités comme Lady Diana, Barack Obama ou George Clooney. Au cours de cette même année, dans l’hôpital malcantonese de Castelrotto, ma maman Mariarosa me donna naissance à la suite d’un accouchement naturel. Le troisième enfant après deux sœurs aînées, étant enfin le fils tant attendu (alors le monde le vivait ainsi). Il semblerait que mon papa Gino, épris de joie, aurait klaxonné sur les routes du village de Sessa. Quelques années plus tard, une dernière petite sœur vit le jour. Avec toutes ces femmes dans la maison, ce n’est guère étonnant que j’aie fini par devenir leur « Tatino ».

Ma particularité est de n’avoir que neuf doigts: m’étant coincé l’auriculaire droit dans la balustrade de notre maison de Sessa en 1972; je l’avais maladroitement enjambé.

Avec le « tape m’en cinq » j’ai donc un problème, mais pour le reste, on ne s’en aperçoit presque pas.

J’aime le dynamisme, la curiosité, les journées ensoleillées, les disques 33 tours, jouer avec l’eau, les glaces, jouer de la guitare, les Supertramp, Enzo Jannacci et l’esprit d’initiative.

Je n’aime pas les moustiques, les lamentations, l’huile de ricin, la moralité bourgeoise, ceux qui se la jouent, ni l’assistanat.
Je crois fermement en la responsabilité individuelle sans laquelle il y n’aurait aucune liberté.

Je suis entré en politique tardivement et comme outsider. Jusqu’à mes quarante ans, j’étais loin de ce monde. J’ai d’abord mûri dans le monde de la médicine, entre vie, mort, espoirs et (peu de) miracles. Malgré une entrée tardive dans le monde de la politique et comme outsider, je pourrais, aujourd’hui, difficilement m’en passer. Mon activité politique représente en grande partie qui je suis.